L'histoire du Train d'Artouste

Artouste et son train, c'est plus de 90 ans d'histoire à retrouver dans un musée à la gare de départ du train. L'entrée est comprise dans votre billet.

L'Espace M3

A la découverte de l'histoire de l'hydroélectricité en Vallée d'Ossau

image

L'Espace M3 a été créé à l’occasion des 80 ans du train et permet de faire découvrir aux visiteurs, de manière ludique et interactive, l’histoire du train. Cet espace didactique a été nommé M3 (prononcez m cube) en référence aux millions de mètres cubes d’eau stockés dans le barrage d’Artouste dont l’édification est à l’origine de la construction du train. Avec ses 24 millions de m3 et ses 120 m de profondeur, le lac d’Artouste est la plus grande retenue d’eau des Pyrénées Atlantiques.

L’Espace M3 est constitué de trois parties d’exposition : une première sur l’hydroélectricité produite par la SHEM en Vallée d’Ossau, une deuxième sur l’histoire du train à partir des photos d’archives de la SHEM et une dernière dédiée à l’accueil d'expositions temporaires des acteurs publics ou privés du territoire.

Une boutique a également été conçue pour permettre aux voyageurs du train d’Artouste de repartir avec un souvenir, une carte postale ou encore quelques produits régionaux.

En accès libre tous les jours de 9h00 à 18h30. Boutique ouverte du 1er juillet au 31 août.

 

L'histoire du Train

1921 - A la recherche de nouvelles sources d'énergie

La Compagnie des Chemins de Fer du Midi (qui créera la SHEM, Société Hydro-Electrique du Midi, en 1929) se lance dans la construction gigantesque d’un barrage qui alimentera les usines hydroélectriques d'Ossau. Pour ce projet, un train a été spécialement conçu afin d’acheminer les hommes, le matériel et le ravitaillement sur le chantier. Pendant 8 ans, des milliers d’hommes ont travaillé dans des conditions difficiles pour construire ce barrage.

© SHEM
© SHEM
© SHEM

1932 - Fin du chantier, début d'une belle histoire

A la fin du chantier, les rails sont déposées puis reposées car il s'avère que le train est indispensable pour la maintenance du barrage. Le Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques souhaitant développer le tourisme, soumet à la Compagnie des chemins de Fer du Midi l'idée d'exploiter à des fins touristiques le paysage de la haute vallée d'Ossau… Le train tracte alors des plateaux sur lesquels sont installés des sièges en bois ! Tracté par l'un des trois locotracteurs Renault, le train circule uniquement les dimanches d'été. La Compagnie confie son exploitation à des cheminots à la retraite.

© SHEM
© SHEM
©
© SHEM

1957 - 1981 - Un vecteur de développement touristique

En 1957, le remplacement de l'ancien téléphérique par un modèle plus performant facilite l'accès au site, augmentant sa fréquentation. À la fin des années 60, le site renforce son attrait touristique avec la création d'une station de ski. Le train achemine alors les vacanciers sur les pentes de ski l’hiver et sur les sentiers de randonnée l’été.

1984 à Aujourd'hui

La télécabine de la Sagette remplace le téléphérique, permettant ainsi au train un repos bien mérité durant l’hiver ! La montagne est un lieu privilégié pour les touristes. Quant au barrage d’Artouste – géré par la Société Hydroélectrique du Midi (SHEM) – il retient un volume d’eau de 24 millions de mètres cube ce qui fait de lui le plus grand barrages des Pyrénées-Atlantiques. Les usines hydroélectriques d'Ossau, alimentées par le barrage, produisent l'équivalent de la consommation en électricité d'une ville comme Bordeaux. Le Train est encore aujourd'hui utilisé pour la maintenance du barrage et de l'usine souterraine du lac d'Artouste.

2016 - 2017

A l'automne 2016, la télécabine de la Sagette est entièrement changée. Après 30 ans de bons et loyaux services, "les oeufs" ont tous été remplacés par de nouvelles cabines beaucoup plus confortables. Résolument modernes, silencieuses et panoramiques, elles peuvent accueillir un fauteuil roulant.

Dès la fin de la saison d’hiver, la suite des travaux sera mise en branle avec notamment l’embellissement des bâtiments. Les deux gares de la station seront alors remises en état, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. En plus de cette esthétique complètement retravaillée, un accès pour handicapés sera installé, tout comme une large vitre qui permettra aux usagers d’avoir une vue imprenable sur les montagnes.
Au total, le chantier devrait coûter 6,5 millions d’euros. La Région et le Département devraient prendre à leur compte 1,5 million chacun.

Découvrir l'excursion du Train d'Artouste